Marcus Garvey est né à la Jamaïque le 17 Août 1887. Dès l’âge de 14 ans, il entra dans la vie active comme apprenti dans une imprimerie de St Ann’s bay et quelques années plus tard, Garvey lança son premier journal : “The Watchman”, c’est-à-dire “le veilleur” ou “le gardien”. Au contact d’intellectuels noirs Garvey va s’intéresser à l’histoire glorieuse de l’Égypte ancienne et de l’Afrique noire. Ainsi, il va devenir le proche collaborateur de Mohammed Ali Duce pour produire le mensuel intitulé “l’Africa Time and Orient Review”. En 1914, Garvey entre dans l’histoire en fondant l’Association Universelle pour l’Amélioration de la Condition des Noirs (“ Universal Negro Improvement Association ” en anglais). Cette association a pour objectif de rassembler tous les peuples noirs du monde au sein d’une grande entité et de créer une nation et un gouvernement qui leur soient propres. Elle a pour slogan “One God !, One Aim !, One Destiny soit “un seul Dieu ! Un seul but ! Un seul destin !”. L’hebdomadaire “The négro world” est l’organe de presse de l’UNIA. L’association se dote aussi d’une compagnie maritime : “The Black star Line” (Compagnie de l’Etoile Noire”). En 1920, l’UNIA tient sa première convention, marquée par le discours de son leader charismatique sa majesté le Potentat Marcus Mosiah Garvey, élu président intérimaire de l’Afrique : “nous sommes issus d’un peuple qui a beaucoup souffert. Nous sommes issus d’un peuple qui ne veut plus souffrir …”. L’UNIA compte des millions d’adhérents dans le monde et très rapidement, Garvey devient l’homme à abattre, l’ennemi public numéro un de la race blanche et de tous les nègres à blancs. Sous le prétexte d’une mauvaise gestion de la Black star Line, Garvey est condamné à cinq ans de prison à Atlanta. Après avoir purgé plus de trois ans de cette peine, Garvey est finalement libéré et expulsé des États-Unis. En 1927, de retour à la Jamaïque, Garvey continue de militer en faveur d’une Afrique nouvelle et debout dont il est à la fois l’inventeur et le précurseur, une Afrique aux Africains. Mais de nouveau Garvey est persécuté et incarcéré avant d’être contraint à l’exil vers l’Angleterre en 1935. À Londres, Garvey mène son dernier combat en militant contre la prise de l’Abyssinie par l’Italie. Il meurt sans un sou en 1940 et entre dans la légende. De nos jours encore, des milliers de nègres se réclament de Marcus Garvey et une partie de sa philosophie a été reprise par le mouvement rastafari : le concept du retour en Afrique en particulier. Parmi la postérité spirituelle de Garvey, on compte des figures célèbres telles que MAL COM X, Martin Luther King et … Bob Marley.

Date à retenir :

17 août 1887 : naissance de Garvey

15 juillet 1914 : fondation de l’UNIA

1919 : The Negro World

The black Star Line

1920  : Première convention de l’UNIA

1925 : Incarcération de Garvey À Atlanta

1927 : Retour de Garvey en Jamaïque

1935 : Exil en Angleterre

  1. : Mort de Garvey.

BIBLIOGRAPHIE

“ Marcus Garvey , père de l’unité africaine des peuples ” Tome 1 et 2

par Têtêvi Godwin TETE-ADJALOGO aux Editions “ L’Harmattan ”

“ Marcus Garvey, un homme et sa pensée ”

par Adolph EDWARDS aux Editions Caribéennes

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *